Accessibilité

IMPORTANT

Ce site web est un prototype en cours de construction, destiné à valider le code source généré par le logiciel Thot (version 0.0.1), projet personnel lui-même en phase de développement. Son contenu ainsi que son graphisme sont donc expérimentaux et n'ont de ce fait aucune valeur commerciale et/ou juridique. Pour obtenir plus d'information sur cet environnement, vous pouvez vous reporter à la page intitulée Questions fréquentes. Une page Facebook consacrée au projet peut par ailleurs être consultée. Un compte Twitter fournit des informations sur l'avancement du projet.

La notion d'accessibilité recouvre l'ensemble des normes, règles et standards définis pour garantir que les personnes en situation de handicap auront accès dans de bonnes conditions aux sites web, qu'il s'agisse de l'affichage des pages ou de la navigation au travers de celles-ci.

Bien qu'elle soit imposée par la législation pour certains sites, l'accessibilité est souvent négligée car perçue comme un facteur de coûts et de délais supplémentaires dans le développement d'un site web. Cette approche prend la plupart du temps comme prétexte une population concernée ne représentant qu'une part minime du nombre de visiteurs attendus ou constatés sur un site web.

Une telle approche, si elle se veut pragmatique sur le fond, n'en oublie pas moins que certains textes législatifs s'imposent, de fait, aux concepteurs de sites web. Plus généralement, elle occulte le fait que la population concernée existe bel et bien, disposant par ailleurs de droits et d'un pouvoir d'achat qu'il pourrait être utile de prendre en considération.

Dans le même temps, il faut bien reconnaître que s'intéresser à la problématique de l'accessibilité pour un site web et l'intégrer dans son développement requiérent de solides connaissances quant aux règles devant être appliquées. Leur intégration dans le code source des pages nécessite une rigueur de tout instant, car le nombre de balises à adapter, l'exactitude des valeurs à leur attribuer ne s'improvisent pas.

Certaines spécifications peuvent par ailleurs s'avérer délicates à mettre en œuvre car dépendantes du contexte. Ainsi, le taux de contraste minimum lors de l'affichage d'une police de caractères pourra dépendre de la taille de celle-ci. Autant dire que l'analyse de ce type de règle page par page peut s'avérer un exercice effectivement chronophage et, parfois, assez complexe.

Intégrer ou pas ?

Les plus fervents partisans de l'accessibilité avancent souvent l'idée que cette dernière est facile à mettre en place dès lors qu'on fait l'effort de constituer, dès le départ, une équipe ad'hoc composée d'experts en la matière et qu'on évangélise suffisamment auprès des développeurs pour les convertir à cette approche.

Vous vous souvenez, coûts et délais…

Bien sûr que tout est possible, pour peu qu'on provisionne les ressources nécessaires et qu'on en assume les coûts. Il n'est pas évident toutefois qu'un concepteur de sites web agissant en indépendant ait les moyens de recourir à l'assistance de tels experts, lorsqu'il lui faut ajuster le coût de ses prestations au plus près des souhaits de son client.

Ce même indépendant peut-il devenir lui-même un expert dans le domaine ? Sur le principe, bien évidemment que oui, mais cela requiert une implication personnelle et représente, quoi qu'on en dise, des coûts de formation et de certification. En effet, se dire expert est une chose, le prouver à ses clients via des certifications obtenues en est une autre. Ces certifications représentent elles aussi un coût initial qu'un concepteur de sites peut rechigner à engager sans avoir la certitude d'un retour sur investissement, certes probable mais nullement certain.

Dès lors, faut-il abandonner la partie ?

Comme souvent, la réalité se situera entre les deux et les agences web ayant une certaine envergure pourront disposer du service adéquat, pour peu qu'elles s'impliquent dans le processus, là où d'autres feront au cas par cas, quand bien même les textes législatifs leur imposeraient de concevoir leurs pages dans le strict respect de ladite accessibilité.

Et si on pensait générateur ?

Lorsque j'ai décidé de la mise en place du projet Thot, c'est après avoir fait le constat suivant :

A contrario, un générateur :

Ces principes restent parfaitement valables en ce qui concerne l'accessibilité des personnes en situation de handicap vis à vis des sites web. Un générateur correctement conçu intégrera de façon systématique les balises et attributs requis, dans le respect des normes et spécifications en vigueur à un instant T. Toute évolution de celles-ci donne lieu à une reprogrammation de l'outil et une actualisation du parc de sites web ayant été créés précédemment.

Les composants déjà développés dans le cadre du projet Thot intégrent tous, lorsque cela est pertinent, les balises et attributs nécessaires pour rendre un site conforme aux principes de l'accessibilité. Sauf régression intervenue entre temps, le projet étant encore en phase de développement, les pages du présent portail obtiennent d'ores et déjà un score de 100 sur l'outil de test en ligne Tanaguru. Ce score est nécessaire mais pas suffisant en soi et l'intégration plus poussée des concepts d'accessibilité reste une préoccupation constante de ce projet.

Site web dédié ou pas ?

Actuellement, le générateur est programmé de telle sorte que les pages web qu'il produit ne sérialisent que le strict minimum nécessaire pour leur affichage, ménageant ainsi l'utilisation de la bande passante. Cela signifie, par exemple, que les styles CSS associés à chaque page seront limités aux seuls composant effectivement présents sur cette page. Par exemple, il me paraît en effet totalement contre productif de charger le style d'affichage d'un plan de site lorsque celui-ci n'est pas affiché par la page en question…

Poussant le raisonnement un peu plus loin, quelle pertinence y a-t-il à insérer des attributs de type ARIA ou autres au titre de l'accessibilité si ce besoin, bien réel, n'est in fine qu'à destination d'une minorité de visiteurs sur le site. Pourquoi ne pas générer deux versions du site ou plus, chacune d'elles étant dédiée à un public bien précis et s'adaptant au mieux à ses spécificités ?

Les grincheux génétiquement programmés pour contester tout et son contraire verront à coup sûr dans cette approche une forme de discrimination là où, pour ma part, je ne vois qu'une efficacité et un niveau de qualité aptes à faciliter la vie des usagers concernés par cette problématique.

Si l'on y réfléchit bien, embarquer des styles CSS pour afficher des effets visuels psychédéliques sur une page est un non sens évident lorsque la personne consultant ladite page est atteinte de cécité avancée… Outre leur inutilité patente, ces styles représentent un certain poids venant grever la bande passante et, de facto, la vitesse de téléchargement de la ressource en question.

Il me semble donc beaucoup plus efficace de mettre en place une version de la page adaptée jusque dans ses moindres détails pour tenir compte d'un type de handicap donné, chacun d'eux nécessitant des adaptations qui lui sont propres. Une personne en état de cécité n'aura cure des effets visuels, mais un malentendant pourra de son côté se les voir proposés sans difficulté particulière. Par contre, ce malentendant souhaitera probablement avoir des sous titres sous une vidéo, ce dont l'intervenant précédant se passera lui aisément puisque, par définition, il sera dans l'incapacité de les visualiser correctement.

Poussant encore plus loin le raisonnement, on peut tout à fait considérer que la présence de sous titres dans une vidéo, rédigés dans la même langue que celle utilisée par cette vidéo peut s'avérer être un élément de distraction pour un utilisateur en pleine possession de ses moyens.

L'argument principal motivant le fait de ne créer qu'un site unique, supposé apte à satisfaire tout le panel de ses visiteurs potentiels réside souvent dans la contrainte que représente, effectivement, la conception et la maintenance de plusieurs sites en parallèle ayant à la base un contenu commun.

Cet argument, parfaitement recevable pour un site conçu et réalisé de façon traditionnelle ne l'est plus dès l'instant où un générateur est utilisé. En effet, chaque page étant structurée autour de composants logiques, ce sont ces derniers qui prennent en charge la sérialisation des balises. Ils le font en tenant compte du contexte. Selon le public visé, chaque composant va donc sérialiser ou non telle ou telle balise, intégrer ou non un attribut de type ARIA et, plus généralement, adapter le contenu aux spécificités du moment.

Ces composant n'étant créés et gérés qu'à un seul endroit, au sein de la page qui les utilise, la problématique de la multiplicité des sites et de leur maintenance disparaît d'elle même.

Image bouton cliquable permettant le retour en haut de page